francais-langue-difficile

Le français, langue difficile ?

Le français est considéré comme une langue difficile.
Sans toujours savoir ce que cela recouvre, on reproduit  l’idée comme quelque chose de déjà entendu et qui n’a pas à se démontrer.
Sur quoi s’appuie ce qui n’est peut-être qu’une idée reçue ?

 

Sans doute serait-il temps d’admettre ce que Louis-Jean Calvet désigne comme une «convergence entre les représentations sociales et les représentations linguistiques» et d’accepter, à sa suite, l’idée que «les jugements sur les langues (ne) sont en fait (que) des jugements sur les hommes»[1]

Cela permettrait peut-être d’accueillir avec davantage de recul et de discernement bon nombre de lieux communs et, autant de le dire, de mythes circulant sur les cultures, les langues, la valeur, le poids et pourquoi pas l’estime que nous leur accordons.

Parmi ceux-ci, l’idée bien installée que le français est une langue difficile.

Idée, conviction largement véhiculée par les réseaux sociaux, reprise par des enseignants dont le jugement, puisque c’est leur domaine, ne peut être mis en doute, n’admettant pas la contradiction, portée par la force du nombre à travers des arguments bien rodés, répétés, posés comme irréfutables non parce qu’on les pense, les comprend ou les déduit de sa propre analyse mais les répète ou les reproduit ne serait-ce que pour justifier ce qui apparaît désormais comme le sens commun.

Le français est donc une langue «compliquée», «difficile», mieux encore, «plus difficile que les autres» voire «la plus difficile des langues».

Surenchère d’autant moins convaincante qu’elle peut paraître excessive au regard des arguments opposés : orthographe difficile (force est de reconnaître qu’elle n’est pas toujours simple), conjugaison qui l’est tout autant, sans omettre notre masculin et notre féminin, notre prononciation et ses lettres élidées, notre vouvoiement et notre tutoiement, etc, etc.

Cela en fait-il pour autant la plus difficile des langues ?

Nous qui, mieux que personne, cultivons l’art de magnifier nos modèles pour mieux, au besoin, nous dévaloriser, sans doute devrions-nous  davantage regarder autour de nous.

Qu’en est-il en effet du japonais, ses trois formes verbales et ses quatre systèmes d’écriture, du chinois, ses 20 000 caractères et ses grandes variétés de tons, neuf pour le cantonnais et quatre pour le mandarin ou, pour ne s’en tenir qu’aux langues européennes, de l’espagnol, ses verbes irréguliers et ses « r » doublés, particulièrement difficiles si ce n’est impossible à reproduire et de l’allemand, ses mots composés,  ses déclinaisons ou encore ses trois genres ?

Le français et l’ « ordre logique »

On pourra dès lors  se demander dans quelle mesure cet argument, tant il est répété de façon presque automatique, ne s’inscrit pas dans un contexte plus global d’ «auto-dénigrement de sa propre langue», auto-dénigrement indissociable de son corollaire, «la croyance en la supériorité intrinsèque d’une autre langue» [2] , l’anglais en l’occurrence, inscrite et considérée depuis maintenant plusieurs décennies comme la langue de prestige, de la domination, en un mot « la langue de la puissance ». [3]

Un bref détour par l’histoire pourra nous éclairer sur l’extrême relativité de ce type de considérations et il semble, mais ne le savions-nous déjà, qu’en matière d’idées reçues sur fond de croyances et d’air du temps, on n’ait jamais chercher, arguments scientifiques à l’appui, qu’à justifier ce que l’on désire démontrer.

images (31)Le 6 juin 1782 très exactement, l’Académie de Berlin proposait comme sujet de son concours annuel :
«Qu’est ce qui fait la langue française la langue universelle de l’Europe ?
Par où mérite-t-elle cette prérogative ?
Peut-on présumer qu’elle la conserve?» [4]

L’Académie retint deux lauréats, l’allemand Jean-Christ Schwab et le français Antoine Rivarol lequel, dans son célèbre «Discours sur l’universalité de la langue française» développa notamment l’argument de l’ «ordre logique» ou de l’ «ordre naturel», pas tout à fait nouveau il est vrai mais dans lequel était démontrée l’«admirable clarté» du français liée notamment à sa grande facilité d’apprentissage et de prononciation.

Plus d’un demi-siècle plus tard en Argentine un groupe de jeunes gens, «la génération de 1837», très influencé par la culture française, se donne pour objectif de repenser l’idée de nation et par là même la langue nationale, bref se forger une identité propre en se démarquant de l’espagnol. [5]
Une seule voie dans cette quête d’«émancipation linguistique» (Louis-Jean Calvet), se calquer sur le français dont les formes seraient celles de «la pensée perfectionnée» et qui fournit, par conséquent, le modèle de la langue parfaite.
La tendance se poursuit jusqu’aux années 1880 de cette «francisation» visant à rendre la «langue argentine» meilleure, plus crédible ou plus légitime dans sa volonté de rupture avec le cadre normatif de l’ancienne métropole.

Que ce soit l‘Allemagne de la fin du XVIII éme ou l’Argentine du XIX éme siècle, on pourrait multiplier les exemples, quelque soient l’époque ou le lieu, d’un tel consensus visant à prendre le français pour modèle.

Le français depuis a bien sûr évolué, son champ lexical s’est élargi, mais il a conservé la même structure syntaxique. On lit Rousseau et Voltaire de même qu’Alexandre Dumas et Zola  comme on lit n’importe quel  auteur contemporain. En un mot, il présente les mêmes caractéristiques ou, si l’on préfère, les mêmes difficultés qu’aujourd’hui. 

Le français à cette époque était admis, tant pour des raisons culturelles que démographiques, économiques et politiques, comme la langue-reine. Il convenait donc de le justifier en le déclarant  «clair», puis «parfait» nous venons de le voir, en un mot facile à écrire, à prononcer, facile à apprendre.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui où il est supplanté, exactement pour les mêmes raisons, par une autre langue, l’anglais.
Inversement des rôles, des valeurs, dans un rapport de force dominant-dominé qu’il convient donc, par les mêmes mécanismes, pour les mêmes raisons,  au nom d’un même rationalisme linguistique et au risque dont ne sait quelle incohérence supposée, de justifier.

Ils écrivent en français

Et pourtant comment expliquer, même aujourd’hui, qu’une langue aussi difficile ait pu être adoptée par des auteurs aussi différents que le russe Andreï Makine, le cubain Edouardo Manet, la vietnamienne Anna Moi ou le chinois François Cheng ? [6]

Comment expliquer le parcours aussi étrange que fascinant d’un Akira Mizubayashi, «né au Japon de parents japonais», amené à quitter son pays pour une langue à laquelle rien ne le prédestine ? Comment expliquer qu’une fois cette langue apprise, il rentre chez lui, reprenne des apparences de vie quotidienne pour, 40 ans plus tard et à l’âge, avancé diront certains, de 59 ans, se mettre à écrire en français ? 

 Que dire encore de la subite volte-face de l’Afgan Atiq Rahimi qui décide, un beau jour, de délaisser le persan, langue de ses premiers romans pour le français ?

Sans évoquer les surprenants détours du (franco-) américain  Jonathan Littell qui, dans une démarche non sans analogie avec celle de Louis Wolfson, choisit le français pour des Bienveillantes dont il refusera par ailleurs d’assurer la traduction en anglais ou les parcours, tout aussi significatifs, de la Slovène Brina Svit, la Danoise Pia Petersen ou la Hongroise Agota Kristof. 

Comment expliquer que chacun d’eux ou chacune d’elle décide un jour d’abandonner sa langue maternelle pour faire du français sa langue d’écriture ?
Autant de réponses qu’il existe bien sûr de personnalités et d’histoires différentes.
Besoin de liberté, d’émancipation, de rupture (Kundera), amour ou simplement attirance pour une langue de débats, d’ouverture, pour une langue «indocile» qui permet de « plier les mots dans un sens ou dans l’ autre » (Pia Petersen), langue de précision, langue de la sobriété (Edouardo Manet) et tout en même temps, mais oui … de la simplicité (Aki Shimazaki). 

Une chose est cependant certaine, c’est que ce français que nous nous plaisons à considérer, par la force de ce qui est répété, comme difficile, est aujourd’hui choisi par des écrivains, des jeunes, des vieux, de style, de cultures, de langues et d’alphabets différents qui semblent l’apprécier, quant à eux, comme la forme la plus appropriée, la plus évidente et parfois la plus simple d’expression de leur propre pensée.

Ils apprennent le français

téléchargement (20)

Langue d’écriture, le français est également langue d’enseignement à tel point qu’on pourrait s’étonner, là aussi, qu’une langue aussi ardue compte autant d’apprenants.
132 millions pour être exact dont 81 millions l’ayant pour langue d’enseignement et ce, sur tous les continents et la quasi-totalité des pays. [7] 

Le français, 2éme langue enseignée, après l’anglais bien entendu.

Pour être tout à fait honnête cependant et l’argument est autrement crédible cette fois-ci, certaines études  font apparaître le fait que la seconde langue étrangère enseignée est parfois considérée par les élèves comme plus difficile à apprendre que la première et notent dans ce cas  le  « rapport entre le peu d’intérêt manifesté pour un apprentissage et la perception de sa difficulté ». [8]

Cette observation, si elle n’est pas dénuée de fondement, ne saurait cependant concerner la totalité des apprenants du français. Une grande partie l’apprend soit en première langue, c’est le cas par exemple en Nouvelle Zélande, soit dans le cadre très privilégié des classes d’immersion, si florissantes en Amérique du Nord, soit enfin en tant qu’adulte dans le cadre des programmes Français sur objectifs spécifiques (F.O.S) ou Français langue étrangère (F.L.E) dispensés notamment par les Alliances ou Instituts Français et supposant, quant à eux, un degré de motivation indéniable. 

Et cela sans qu’il soit besoin d’évoquer, nous l‘avons vu, les 33 pays ou régions dans lesquels le français est langue d’enseignement. 

Il est vrai également qu’il m’est arrivé d’entendre des étrangers dire que le français était difficile. La remarque provenait de Taïwanais rencontrés chez eux, à Taipei puis à  Kaohsiung, m’expliquant l’avoir appris  il y a longtemps et ne plus l’avoir pratiqué depuis.
Parmi ceux avec lesquels j’ai pu échanger en français, quelques-uns  éprouvaient de réelles difficultés.
Je leur demandais dans quelle langue leur parlaient les Français qu’ils avaient pu croiser. 

Tous me répondaient :  « En anglais » et je veux bien les croire. 

La langue difficile est aussi et peut-être surtout celle qu’on ne parle pas.

L’intercompréhension entre langues apparentées

téléchargement (22)

Un autre argument visant à relativiser cette nature si difficile du français  nous est fourni par la théorie ou méthode  de communication, c’est selon, dite de l’intercompréhension entre langues apparentées.  

Tout à la fois théorie linguistique et méthode d’apprentissage reposant sur la grande similitude entre langues de la même famille  (latine, germanique et slave pour l’Europe) et sur la constatation qu’il est plus facile de comprendre une langue qui appartient à celle que l’on parle déjà plutôt qu’une autre.
L’idée n’est pas nouvelle, déjà exprimée en d’autres circonstances par Jean Jaurès, rapidement conscient de la porosité entre l’occitan, sa langue maternelle, le français et le languedocien, puis le portugais et l’espagnol et des avantages pouvant en découler. Des expériences, menées par des universités européennes (Aix en Provence, Rome, Salamanque, Lisbonne notamment)  ont par la suite démontré qu’un francophone pouvait comprendre les autres langues latines en quelques dizaines d’heures.  

Sans jamais avoir été formé à cette méthode, j’ai moi-même participé à une conversation très spontanée avec un espagnol et un italien où chacun parlant, lentement, dans sa langue, était compris par les deux autres. 

Théorie ne reposant ni plus ni moins que sur une évidence et semblant vouloir démontrer que, pour un espagnol, un italien, un portugais ou roumain, mais l’inverse est également vrai,  le français est tout sauf une langue difficile. [9]

Encourager à utiliser sa langue

Sans doute les Français devraient-ils, il est vrai, apporter davantage de discernement dans leur manière d’accompagner les étrangers dans leur utilisation de la langue. 

Sans pour autant enseigner un français fautif ou l’encourager, ce que Claude Hagège désigne comme une « exigence normative » (2) demanderait sans doute à être tempérée. Il semble en effet que, contrairement aux anglophones natifs et à plus forte raison non natifs,  nous faisions preuve d’un certain « perfectionnisme » dans le vocabulaire, la grammaire ou l’accent, de façon très certainement  inconsciente mais de mauvais aloi et qui dessert considérablement nos intérêts. 

Comme le dessert d’ailleurs cette invitation absurde et quasiment systématique de la part des hôtes ou auditeurs français à utiliser l’anglais, que ce soit dans un cercle privatif ou à l’occasion de prises de paroles en public. 

L’anglais et ses paradoxes

Corollaire ou contrepartie enfin,  nous l’évoquions précédemment, cette autre idée reçue selon laquelle l’anglais est une langue facile. 

Perçue comme d’autant plus facile qu’associée à une image, celle d’un modèle social, économique et culturel dominant, elle est effectivement celle qu’on parle ou que l’on veut parler. Et comme pour le français, circulent bon nombre d’arguments visant à justifier ce que l’on cherche à démontrer.
Parmi les derniers en date, le concept, assez récent, de langue «monosyllabique» collant parfaitement et comme à dessein avec l’idée que l’on se fait de ce qui est « facile ».

Une simplicité apparente

Il est vrai  cependant que  l’anglais présente de prime abord tous les dehors d’une relative facilité d’apprentissage :  une quasi absence de genre grammatical, une conjugaison particulièrement épurée et un vocabulaire en grande partie hérité du français et donc très proche de celui-ci.

Qu’il soit « facile » pour les locuteurs de langue germanique (allemands, néerlandais, danois, suédois, norvégiens, islandais) groupe auquel il appartient, peut se concevoir. Qu’il  puisse l’être pour les autres, qu’il soient ou non européens, de langue romane ou slave, se conçoit en revanche beaucoup moins.

Claude Hagége nous rappelle assez régulièrement ce paradoxe entre l’extension de l’anglais et son extrême difficulté. [3]
Car si l’on veut bien occulter une grammaire, avec ses do-support, son présent continu  et ses verbes à particules, potentiellement déconcertante,  la difficulté essentielle de l’anglais, « peu compatible (si l’on y réfléchit bien) avec une vocation de langue internationale » tient en effet dans son extrême difficulté de prononciation.

Une prononciation déroutante

Avec ses 1 120 graphèmes (unité minimale d’écriture) et ses 62 phonèmes (unité minimale de sonorité), l’anglais dépasse largement le français (avec respectivement 190 et 36 graphèmes et phonèmes) en complexité. Conséquence, une dyslexie que le linguiste qualifie de « véritable fléau pour les anglo-saxons ».

Sans omettre un accent tonique très marqué mais, contrairement à l’espagnol, non indiqué (le français n’en a pas ou peu, c’est l’une de ses caractéristiques et encore est-il systématiquement posé sur la dernière syllabe)  ainsi qu’une fréquence sonore très éloignée de la nôtre, différence majeure sinon fondamentale,  une langue se caractérisant avant tout  dans sa phonologie par une fréquence et un temps de latence qui lui sont propres.

Et pour ne s’en tenir qu’à la prononciation, difficile de considérer comme facile une langue dont certaines diphtongues « ea » ou voyelles « o » peuvent se prononcer jusqu’à six et huit fois de manière différente.

Mais les idées reçues et les mythes ont la vie dure.

Quand je demande à l’ami de ma fille quelle est la langue la plus difficile, il répond sans l’ombre d’une hésitation :
« Le français » bien sûr.

 

Yvon Pantalacci – Novembre 2019.

 

Gustavo  est cubain.  Il est prof et a appris le français, comme il le dit lui-même, à l’Institut supérieur pédagogique et à l’Alliance française de la Havane.
Une langue s’apprend, nécessite évidemment des efforts, se parle, s’entretient et  devient, pourquoi pas, partie intégrante de votre vie.

 

[1] Louis-Jean Calvet. «Pour une écologie des langues du monde». Plon. 1999. p 175.
[2] Pierre Frath. « Anthropologie de l’anglicisation ». Sapienta hominis. 2019. pp 81 et suivantes.
[3]  Claude Hagège« Contre la pensée unique ». Odile Jacob. 2013. pp 39 et suivantes.
[4] Louis-Jean Calvet. « La guerre des langues et les politiques linguistiques ». Payot. 1987 pp 71 et suivantes.
[5]  Louis-Jean Calvet. «Les langues : quel avenir ? Les effets linguistiques de la mondialisation». CNRS. 2017 pp 62 et suivantes.
[6] Florence Noiville. Le Monde. 20 mars 2009
[7]  Organisation Internationale de la Francophonie. « Le français dans le monde ». 2018
[8]  Inspection Générale de l’Education Nationale. Rapport. Juillet 2013
[9]  Délégation générale à la langue française et aux langues de France .  « L’intercompréhension entre langues apparentées ». Références 2006.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.